Le temps de rien

Ce mercredi, une des fêtes les plus importantes de la roue de l’année nous attend. Ce qu’aujourd’hui nous connaissons sous le nom de Toussaint n’est qu’une version chrétienne d’une fête bien plus ancienne, la fête de « Samhain » qui démarquait le nouvel an celte.

On dit qu’en ce moment de l’année le portail entre les mondes s’entrouvre ou que le voile qui sépare le monde physique et le monde spirituel devient très fin.

Tout comme les forces de la vie se retirent dans les racines, nous aussi nous pouvons nous connecter avec nos racines et nous accorder un moment pour honorer nos ancêtres.

Nous allumons des bougies pour envoyer nos pensées, notre amour et de la lumière aux défunts mais aussi pour nous rappeler que même dans les journées les plus obscures notre lumière intérieure ne cesse de briller.

Ce moment se prête particulièrement bien aux contemplations sur notre propre mortalité et sur la loi de la nature que dans ce monde chaque chose a sa fin et rien n’est permanent. Pour permettre à quelque chose de nouveau de naître, ce qui est vieux, ce qui ne sert plus doit mourir.

Observer la nature, nous connecter avec les forces de la destruction et de la décomposition qui, en cette période, sont omniprésentes, peut nous conduire à un vrai lâcher-prise et à la confiance en la vie. Malgré la mort, la vie continue et ce sont uniquement  ses formes qui naissent et périssent.

La période entre le 31 octobre et le 21 décembre est une période de rien, de gestation, de silence. Une pause entre deux mondes, une apnée dans le souffle de vie. Le défi de la saison est d’atteindre, à l’intérieur de soi, cet endroit de calme et d’exister, tout simplement, là où nous sommes.

« C’est ici que nous écoutons les voix dans le feu qui grésille, la pluie et le vent. L’énergétique fondamentale de la saison est la force de vie qui se retire en elle-même pour se reposer jusqu’au renouveau. Nous entrons dans la saison sombre de l’année pour rêver et se souvenir avant de commencer à entamer notre retour après le Solstice d’Hiver. » [1]

Les forces actives dans la nature dans cette période de l’année sont représentées par l’archétype de la Vieille femme, de l’Ancienne. Elle peut paraître cruelle puisqu’elle apporte et donne la mort mais elle est profondément  sage. Elle nous montre nos ombres, les parties de nous que nous préférons ne pas voir et qui, par conséquence, agissent dans notre inconscient.

L’Ancienne nous demande de déposer nos masques, de parler à nos ombres et nos peurs et d’avoir le courage de laisser mourir nos idées de nous-mêmes et de nous accepter tels que nous sommes, ne jouer à rien et d’être vrais.

Pour vous relier aux énergies de la saison et afin de cultiver les capacités que l’Ancienne apporte et éveille en chacun de nous, vous pouvez créer des moments où vous serez pleinement conscients de ces processus dans la nature, dans votre vie et dans votre âme. Voici quelques propositions pour vous accompagner dans cette période de transition:

  • Allumez une bougie sur votre autel saisonnier ou à la fenêtre en l’offrant à ceux qui ne sont plus parmi nous. Vous pouvez prononcer leurs noms et parler avec eux dans votre cœur. Vous pouvez créer un petit autel pour vos ancêtres et leur remercier pour le cadeau de la vie qu’ils vous ont offert. Vous pouvez également leur demander le soutien – souvenez-vous,  ce sont eux vos racines et les racines tiennent et donnent la stabilité à chaque arbre.
  • Créez un petit feu dans votre jardin, avec, par exemple, une petite mandala de saison autour du feu et ensuite y brûler des petits papiers sur lesquels vous avez noté ce que vous souhaiteriez de transformer.
  • Asseyez-vous au coin du feu et demeurez un instant dans le silence, dans la solitude. Vous pouvez réexaminer l’année qui est passée. Qu’est-ce que je laisse derrière moi et qu’est-ce que je prends avec moi ? Quelles sont les leçons que j’ai apprises ? Si je devais mourir maintenant, est-ce que tout est clôturé où ai-je  des choses à terminer, à régler ?
  • Créez un masque avec des feuilles et des fruits. Il symbolise  tout ce qui n’est pas le vrai vous. Ensuite, brûlez-le avec tous les mensonges que vous vivez et que ce masque représente.
  • Dansez une danse de la terre, au rythme régulier des tambours et avec des mouvements qui, pour vous, représentent la terre, la stabilité, les racines, l’ancrage, les ancêtres. Voici deux propositions musicales:
  • https://www.youtube.com/watch?v=PxlLGTZkyjc
  • https://www.youtube.com/watch?v=MIqVg8CM1Gg

 

[1] Rituels féminins, mystéres féminins, 2006, Ruth Barret

 

Auteur : Lenka Zajacová

A travers la danse, le chant, la Bénédiction de l'Utérus et les rituels, j’accompagne les femmes sur leur chemin vers elles-même. Pour qu’elles (re)découvrent les trésors insoupçonnés de leur corps de femme et vivent leur féminitude avec joie et fierté, librement et sans préjugés. Plus sur moi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *