Pour la femme, la danse est un remède

« Je ne me rendais pas compte à quel  point la danse et la femme étaient liées », partage Pauline après avoir participé à l’atelier destiné aux mamans et leurs filles.

Les joues roses, son regard pétillant, sa posture détendue – je ne la reconnais pas. Je connais Pauline en tant que la maman dévouée de deux enfants, avec un partenaire très occupé qui, selon moi, a un regard fort traditionnel sur les responsabilités de la femme et de l’homme au sein d’une famille. Tout ce qui  concerne le bon fonctionnement du ménage et les enfants est simplement laissé à charge de son épouse, point.

En plus d’être maman, Pauline est architecte presque à temps plein. Autant dire, qu’il lui reste très peu voir aucun temps pour elle.

La femme que je découvre lors de l’atelier est si différente de celle que je connaissais jusqu’à ce jour-là. Pleine de feu, de vie et de jus. « Je ne te savais pas une si bonne danseuse »  je lui avoue à la fin, émerveillée devant la belle énergie que j’ai pu entrevoir en elle.

« Et regarde la carte que j’ai tirée », me dit-elle timidement, en me montrant l’image de Pélé, la déesse hawaïenne. Avec les cheveux détachés, la poitrine dénudée, dans une posture qui exprime à la fois sa puissance et sa sensualité, un volcan en arrière-plan et les couleurs rouge, orange et noir, cette carte est une parfaite représentation de la passion et du feu que j’ai vu chez Pauline ce jour-là.  « Ah, carrément ! » je suis obligé de sourire.  « Mais cela ne me surprend plus du tout après ce que j’ai vu aujourd’hui.»

Après un petit moment de silence je lui demande : « Où dans ta vie manifestes-tu cette merveilleuse partie de toi ? Où as-tu des occasions pour la nourrir, en prendre soin et la montrer ? »

Pauline fait un petit “hm” mais ne répond pas. Elle sait, tout comme moi, que cette femme-là, cette magnifique déesse qui inspire de l’admiration, qui est l’expression de son potentiel créatif, de sa force, n’est que rarement relâchée des confines des masques qu’elle porte dans la vie de tous les jours.

« Je comprends maintenant pourquoi quand je suis toute seule j’ai juste envie de mettre la musique à fond et danser comme une folle. » dit Pauline.

Une fois de plus, je suis témoin du fait que pour la femme la danse est presque indispensable. Qu’elle peut agir comme une porte d’accès à la connaissance de son véritable soi.

Chose connue, la danse a de nombreux bénéfices.

Exercice cardiovasculaire par excellence, elle renforce et tonifie nos muscles, améliore notre coordination  et l’équilibre.

Grâce aux endorphines qu’elle libère dans nos corps, la danse aide à réduire le stress et à nous remonter la morale.

Elle nous recharge, revitalise et nourrit notre joie de vivre. La danse nous aide à nous détendre et, quand le mental prend trop le dessus, elle nous aide à redescendre dans notre corps.

Elle est agréable et  amusante, elle peut devenir un moyen de socialisation et aider à tisser les relations.

Mais la danse est aussi un remède.

Utilisée consciemment, elle peut devenir un medium pour libérer les émotions accumulées. Le chaos s’apaise et les émotions coulent et sortent du corps par le mouvement. Reconnues, travaillées et transformées. On sort d’une pareille expérience énergétiquement nettoyé, le système nerveux désencombré du stress qui, autrement, se serait logé quelque part  dans notre corps sous forme de crispation, de tension, de raideur ou dans les pires de cas sous forme de maladie. Nous devenons acteurs de notre propre guérison.

La danse nous aide également à nous reconnecter avec les parties de nous-mêmes que nous avons refoulées, niées, bannies, peu importe pour quelles raisons. Quand nous dansons, nous entrons dans un espace où nous pouvons, en toute sécurité, nous autoriser à aller à leur rencontre.

Loona dance a été créée pour les femmes justement dans ces buts-là. Pour les aider à se détendre, de se nettoyer énergétiquement et de transformer les émotions négatives liées surtout à la féminité et à la sexualité.

Loona Dance invite chaque femme à reconnaître en elle et à donner leur juste place aux qualités qu’on appelle féminines. Ainsi, elle permet aux femmes, qui aujourd’hui sont beaucoup trop souvant dans leur polarité masculine (le fonctionnement de cette société oblige) de se réapproprier de leur vulnérabilité et de leur fragilité.

Ainsi, les femmes se reconnectent avec leur douceur, osent explorer leur sensualité. Elles goûtent à leur feu intérieur et prennent connaissance de leurs limites et leurs forces. Ou encore, elles retrouvent la légèreté et l’insouciance de leur jeune fille intérieure.

Cela varie d’une femme à l’autre mais une chose est certaine. Après avoir été en contact avec tous ces différents visages de soi-même, peu à peu les femmes commencent à s’autoriser à les montrer et à les vivre en dehors de la salle de danse.

Tout cela change graduellement leur estime et l’amour de soi. Elles apprennent à faire confiance à leur sagesse intérieure et à vivre la vie plus en accord avec qui elles sont vraiment. Plus détendues et présentes dans leur bassin, à l’écoute de leurs besoins, certaines d’elles et ancrées, elles rayonnent et inspirent.

Oui, la danse peut faire tout cela et c’est une transformation magique à voir.

Auteur : Lenka Zajacová

A travers la danse, le chant, la Bénédiction de l'Utérus et les rituels, j’accompagne les femmes sur leur chemin vers elles-même. Pour qu’elles (re)découvrent les trésors insoupçonnés de leur corps de femme et vivent leur féminitude avec joie et fierté, librement et sans préjugés. Plus sur moi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *